Enseignement : extraits… 2017-09-01T14:37:35+00:00

Extrait N°1 de : L’UNITE DES VISAGES DE DIEU par S. HAMSAH MANARAH

Chapitre 8 – « LA LOI DES CYCLES » – page 117 à 127

 

LA LOI DES CYCLES

La Loi des Cycles gère la Création entière.

C’est une Loi à quatre temps principaux qui se succèdent sans discontinuer, selon le degré d’évolution ou d’involution des humanités.

La Loi des Cycles est une loi de Justice, sanctionnant la chute progressive et inéluctable des humanités se coupant de DIEU par leurs mauvais penchants.

Cette Loi ne supporte pas de déséquilibre, que ce soit par trop de Lumière ou par trop de ténèbres (le mal est nécessaire car les douleurs de l’Age de Fer permettent souvent l’enfantement d’un monde nouveau qui n’aurait jamais vu le jour sans cette ténébreuse et abominable période).

Les Ages sont des états mentaux, des états d’évolution.

Une humanité qui élève son taux vibratoire créera les conditions pour accéder au stade supérieur de l’évolution cyclique, à savoir l’Age d’Or.

Dans tous les cycles, DIEU s’incarne. Même dans l’Age de Fer, Il souffre avec les hommes, Il les aide, Il est souvent incompris de tous, mais Il est dans le temps et hors du temps.

La Loi des Cycles est une Loi d’équilibre et de justice.

La Loi des Cycles est inaltérable dans ses fondements, elle rétablit dans le Cosmos un équilibre nécessaire entre les quatre temps.

Elle est, tel le soleil pour la terre, une nécessité absolue pour que vivent et survivent les milliards de Purushas ou Hommes Cosmiques.

Le mot clé de la Loi des Cycles est celui d’évolution, évolution des règnes, évolution des minéraux, évolution des végétaux, évolution des animaux, évolution des humains, évolution des entités de l’astral (démons, anges ou autres), évolution des entités des plans célestes (dieux, déesses, sannyasins), évolution des âmes en général, quel que soit leur niveau de conscience, vers un mieux-être, vers une Unité toujours plus absolue avec le Divin.

Cette notion d’évolution constitue le coeur de la Loi des Cycles et c’est par cela que la Loi est une Loi d’alternance pleine de justice cosmique.

Les quatre temps sont symbolisés par quatre roues et chacune de ces roues est chargée de gérer et de maîtriser les rouages de chaque Age et d’en consacrer les fondements.
Ces quatre Roues sont entre les mains du Maitre des Cycles.

I – LES QUATRE AGES

La Création est une immense école spirituelle. Les cancres sont dans l’Age de Fer de la douleur (notre humanité terrestre sort de l’Age de Fer).

Les gens doués pour la science sans conscience et les techniques sont dans l’Age de Cuivre.

Les âmes éprises d’hydromel et du paradis du non-effort se retrouvent à ronfler dans le même lit d’Argent.

Alors que les héros de l’Age d’or combattent sans s’arrêter et sans intérêt personnel.

La Création est une école. La Loi des Cycles gère l’évolution des âmes.

1- L’Age d’Or

Les humanités dans l’Age d’Or expérimentent l’Age de la Vérité, l’âge de la remontée à DIEU, l’âge de l’Unité des Visages de DIEU.
L’Age d’Or, c’est l’âge de l’effort et du combat, c’est l’âge du retour de DIEU et de l’Unité des Visages de DIEU.

L’Age d’Or, c’est le temps :

            – Du retour à DIEU par les Colonnes de Lumière créées dans tous les mondes sortant de l’Age de fer.

            – De l’effort et du combat pour embraser les abîmes des Anti-Mondes et empêcher toute nouvelle croissance du Mal Cosmique.

            – De l’Unité des Visages de DIEU qui dévoile sa vraie Réalité aux milliards d’humanités qui ont imploré Sa venue pendant tout l’Age de Fer.

            – Du choix définitif des âmes pour la Lumière et du renoncement tout aussi définitif à tout ce qui a causé la chute de l’homme dans les abîmes du karma.

            – De la transmutation des ténèbres en Lumière.

            – De la programmation des règnes de la nature pour la Lumière, afin que les futures générations d’âmes puissent librement oeuvrer dans le cadre des lois nouvelles.

            – De la fin de toutes les programmations démoniaques et de tous les pactes avec les forces du Mal Cosmique.

            – De l’enchaînement définitif des forces du Mal Cosmique.

            – De la cristallisation des milliards de milliards de Mémoires aumistes, Diamants ordinateurs de l’Age d’Or, devant remplacer les milliards de cristaux noirs des mondes sortant de l’Age de Fer.

            – Du Grand Pardon accordé à soi-même et aux autres pour les fautes commises.

            – De la fin du karma et de toutes les souffrances, et de la mise en mouvement de la Loi de Sélection des âmes.

Les humanités ne se maintenant pas dans l’Age d’Or tombent dans l’Age d’Argent.

2- L’Age d’Argent.

Les humanités d’Age d’Argent expérimentent l’âge du sommeil et des premiers paradis illusoires.
L’Age d’Argent, c’est l’âge de l’inertie collective et du sommeil intérieur, de l’égoïsme et du refus de l’effort et du combat.

L’Age d’Argent, c’est le temps :

            – Du refus de l’effort.

            – De la création des premiers paradis artificiels, piégeant les Bouddhas et les serviteurs de DIEU.

            – De la fuite des sages et des initiés dans les paradis artificiels.

            – De la léthargie et du sommeil qui peu à peu font ronfler toute la Création.

            – De la paresse de âmes, rebelles à l’effort et de l’égoïsme des initiés qui ne songent plus qu’à conquérir une place au paradis, loin des difficultés de la matière.

            – De la grande Malédiction Cosmique envers les sages égoïstes, ayant fui dans les paradis, et des âmes paresseuses qui subissent un foudroyant réveil; pour eux, les portes du Royaume de DIEU se ferment.

            – Des débuts de la chute dans les abîmes.

            – Du germe racine du Mal Cosmique qui commence à croître et à se démultiplier en programmant les minéraux, les végétaux, les animaux et les humains.

A la fin de l’Age d’Argent, le SEIGNEUR DIEU TOUT-PUISSANT donne pouvoir aux forces du Mal de gérer et d’organiser ces humanités qui, au cours de l’Age de Cuivre, tomberont dans les abîmes.

L’Age d’Argent est l’âge de la quiétude, du calme, du repos. Rien de désagréable ne vient perturber ces mondes qui ne connaissent que très peu la douleur et la souffrance.

Les guerres cruelles n’existent pas encore.

Les peuples sont unis en une même nation et parlent tous la même langue.

Les Bouddhas sont aussi nombreux que les grains de sable du Gange. Leur présence harmonisante dans les corps de matière apporte un bonheur spirituel durable aux milliards d’âmes accédant au stade de l’humain.

Tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes. Les animaux vivent en parfaite intelligence avec les hommes. La télépathie remplace bien souvent les toiles d’araignée téléphoniques actuelles.

Pourquoi la chute de l’Age d’Or dans l’Age d’Argent est elle possible ?

Tout simplement à cause de cette Loi de l’homme qui s’endort quand les difficultés sont absentes de son chemin.

Dans l’Age d’argent, les démons n’existent pas ou très peu et ceux que l’on pourrait qualifier de démons prient autant, sinon plus que les Bouddhas. Le plus grand des pièges tendus aux âmes de Lumière sera l’attrait d’un monde neuf où tout est vide, informel, où elles n’ont plus à ressentir les limitations de la chair, où elles n’ont plus à enseigner les vérités premières aux nouvelles âmes réclamant le lait de la connaissance.

C’est ainsi que Je puis dire que l’équilibre a été rompu, non par la faute des âmes nouvelles, mais bien par la faute des Bouddhas et Parfaits égoïstes, préférant s’occulter pour atteindre ce vide pervers plutôt que d’accomplir leur devoir d’enseignement.

Tel est l’Age d’Argent finissant, un âge qui perd de plus en plus son dynamisme, un âge où la volonté se fane à cause de cet attrait du vide de l’informel. C’est l’inertie qui a déséquilibré l’Age d’Argent. C’est la méditation égoïste qui a détourné de la voie les milliards de Bouddhas dans le vide illusoire des démons.
Inertie et égoïsme, tels sont les deux premiers défauts des humanités terminant l’Age d’Argent.
 

3- L’Age de Cuivre.

Les humanités ayant sombré dans l’Age de Cuivre expérimentent les abus de la science démoniaque.

L’Age de Cuivre, c’est le début du déclin moral et physique. C’est l’âge de l’abus de la science, c’est l’illusion fondée sur la conquête de la matière et du bonheur sans DIEU.

L’Age de Cuivre, c’est le temps :

            – Du déclin moral et spirituel.

            – De l’abus des fruits de la science.

            – De la rébellion de plus en plus ouverte à DIEU.

            – De la divinisation de la science et de la robotisation des âmes.

            – Des prémices du karma de l’Age de fer.

            – Des premières guerres cycliques et karmiques.

            – De l’oubli des Lois de DIEU;

            – De la création des premiers abîmes.

            – Des expériences scientifiques démoniaques sur l’homme et sur la nature.

            – Du déséquilibre des règnes de la nature et de violents changements climatiques causés par les conséquences du progrès scientifique incontrôlé.

            – Des persécutions nombreuses contre les serviteurs de DIEU.

            – De la sélection scientifique des âmes, avec tous les inévitables abus qui en découlent (anéantissement de certains peuples dits primitifs, considérés comme rivaux; utilisation du rayon de la mutation faisant muter le climat, puis les règnes de la nature qui se dérèglent, qui font naître des monstres, des géants, des êtres mi-hommes, mi-animaux).

            – De la mort scientifique par ordinateur de désintégration interposé.

            – Du sang chaud, symbolisé par les cristaux pourpres, mémoires de l’Age de Cuivre.

            – De l’illusion fondée sur la conquête de la matière et de l’espace-temps intermédiaire, au détriment de l’évolution spirituelle.

            – De la volonté des hommes que DIEU laisse accomplir jusqu’à la chute terrible dans l’Age de Fer, où les peuples seront privés des lumières de la science et de la connaissance dont ils avaient abusé.

            – Du retrait de DIEU de la matière planétaire qui laisse ainsi s’accomplir la volonté des hommes.

            – Des débuts de la dualité que créent les doubles karmiques des âmes et les premiers abîmes cosmiques et planétaires du karma.

L’Age de Cuivre et ses conséquences.

Les sages égoïstes sont privés de toute possibilité de prendre corps de chair.

Les cieux de bouddhéité illusoires sont soumis à la Roue qui tourne et entraînés vers les abîmes.

Les énergies de la souffrance rédemptrice sont mises en mouvement, obligeant les âmes à ne point dormir plus qu’il ne faut.

Le Mal va croissant de plus en plus pendant tout l’Age de Cuivre et servira d’aiguillon stimulateur aux âmes paresseuses refusant d’avancer.

Le dragon du Mal sera tenu en laisse par DIEU, mais pour les âmes qui cèderont à la tentation par désir de pouvoir, le SEIGNEUR ne pourra plus rien pour elles…

4 – L’Age de Fer.

Les humanités tombées dans l’Age de fer expériementent la nuit sans DIEU.

L’Age de Fer, c’est l’enchaînement des âmes au karma, c’est l’âge du sacrifice de DIEU et des religions perverties, c’est la nuit sans connaissance ni science, c’est l’âge de la cruauté, de la haine et des guerres.

L’Age de fer, c’est le temps :

            – De l’enchaînement des âmes aux fruits du bon et du mauvais karma.

            – De l’oubli des vérités cosmiques supérieures.

            – De la nuit sans DIEU.

            – De la nuit sans connaissance et sans science.

            – Des guerres succédant aux guerres.

            – De l’autopunition règlementée par les mécanismes implacables du karma géré par les démons et par les dieux démons.

            – De la robotisation des âmes qui s’enchaînent à la dualité des enfers et des paradis artificiels.

            – De l’assombrissement de l’astral, du fait des égrégores de haine, de cruauté et de méchanceté qui vampirisent le monde.

            – Du sacrifice de DIEU qui, bien que renié et oublié, n’en continue pas moins à Se réincarner pour donner aux peuples un nouveau souffle de vie spirituelle.

            – Des religions perverties, instituants comme divinités des démons, enchaînant les âmes à des égrégores de prières déchus.

            – De la persécution des serviteurs de DIEU, obligés de se cacher dans le désert ou dans les grottes austères.

            – Des guerres de religion, nées du fanatisme et de l’intolérance.

Chaque cycle possède son aube et son crépuscule.

L’aube d’un cycle est une période de transition entre le cycle précédent qui se termine et le cycle suivant qui commence à peine.
Le crépuscule d’un cycle est une période où toutes les déviations du cycle écoulé s’accélèrent.
C’est une période de jugement des civilisations qui sont responsables des déviations.
Le risque de destruction des mondes entraîne généralement une intervention de la Puissance Divine qui maintient coûte que coûte l’équilibre lorsque cela est possible.

…/…

fin de l’extrait de : L’UNITE DES VISAGES DE DIEU par le SEIGNEUR HAMSAH MANARAH

******************************************************************************************************************************************************

 

Extrait N°2 de : L’UNITE DES VISAGES DE DIEU par S. HAMSAH MANARAH

Chapitre 12 – « Nouvelles perspectives » – page 180 à 189

1 – GENESE DU KARMA DE L’AGE D’ARGENT A L’AGE DE FER :

                 

1 – Les leçons karmiques des quatre Ages :

La loi des cycles gère l’échelle des règnes en quatre leçons cosmiques :

1- La leçon de l’Age d’Or

où les grandes vérités du Cosmos sont révélées aux âmes méritantes et sélectionnées.

  • Le premier devoir des initiés est l’entretien du brasier des anti-mondes et des enfers, pour empêcher le mal de croître de nouveau.
  • Le second devoir des initiés est d’encadrer les âmes nouvelles, dans le respect des lois de DIEU.

C’est la lassitude qui entraîne les âmes dans la chute vers les abîmes.

2 – La leçon de l’Age d’Argent

qui sanctionne la lassitude et la tendance au sommeil des initiés.

Les fruits de la lassitude entraînent l’extinction du brasier des anti-mondes, la croissance du germe du mal cosmique et la création des premiers paradis d’illusion dans lesquels s’enferment pour des millénaires les âmes des sages ayant fui les difficultés de la matière.

3 – La leçon de l’Age de Cuivre

qui sonne le glas du sommeil et qui réveille la création endormie, en lui donnant le désir de conquérir la matière par un développement effréné de la science.

La tentation de pactiser avec le mal, en échange du pouvoir sur la matière, fait chuter nombre de milliards d’âmes dans les enfers, qui commencent à se peupler des premières armées de démons.

Les âmes qui avaient fui l’effort se retrouvent au plus profond des enfers, soumises à la discipline terrible des démons. L’homme abuse de plus en plus de la science par désir de dominer la matière. Ces nombreux abus le mènent droit à la catastrophe et à la destruction de sa civilisation, ce qui enclenche le processus de la chute dans l’Age de fer sans DIEU.

4 – La leçon de l’Age de Fer

qui sonne le glas de la science démoniaque et qui entraîne le monde dans un cycle karmique de guerres se succédant les unes aux autres et dont les démons sanglants tirent les ficelles.

A peine créées, les religions se pervertissent et font dévier les âmes vers les paradis artificiels ou bien vers les enfers éternels.

C’est le règne de la dualité menant, en fin de nuit, au risque d’une possible destruction des mondes saturés de Karmas auto-destructeurs. Chacune de ces leçons cosmiques sanctionne l’état mental des humanités ainsi que leur degré d’évolution.

2 – La loi du Karma voulue et proclamée par les démons.

                 

1 – La chute dans les abîmes du Karma.

Je repense souvent aux temps de l’Atlantide, où, en tant que Maître de la Terre, J’affirmais au cœur d’une Pyramide de miroirs : «  Frères initiés, fils de la Lumière du Soleil, de même que DIEU vous apporte l’ardeur de Ses rayons pour réchauffer vos cœurs engourdis, de même, vous devez projeter l’ardeur de vos prières dans le creuset des profondeurs où s’accumulent des âmes détruites fautes d’avoir pu faire le bon choix ».

A cette époque reculée qui se perd dans la nuit des temps, J’essayais vie après vie d’encourager une élite d’initiés à reprendre le flambeau pour entretenir ce brasier des anti-mondes afin que soit reculé encore un peu l’Age de fer. Mais les initiés du Temple, travaillés par Lucifer répondirent : «  Maître de tous les Cieux, Votre Vie est un exemple pour tous les êtres, mais qu’est-ce que ce foyer à entretenir dont Vous nous parlez ? ». Je pris alors conscience que même les Fils de Ma Lumière avaient oublié la nature de ce creuset alchimique à entretenir.

« Maître de tous les Cieux, DIEU certes nous accorde beaucoup de Lumière, mais pourquoi se préoccuper des profondeurs d’un infini, inconnu de nos yeux physiques ? Pourquoi vouloir à tout prix détruire les âmes qui chutent ? SEIGNEUR, pourquoi ne pas assouplir Votre Loi, afin que courage et force de se racheter soient données aux âmes qui reculent, par peur de la Lumière ? »

2 – Naissance de la Loi du Karma au début de l’Age de Cuivre.

Et devant ce langage infâme des initiés, sur qui J’avais fondé tous Mes espoirs, Je me retirai, les larmes aux yeux, de la Pyramide de cristal et prononçai cette terrible phrase, courte dans sa nature, mais violente quant à ses répercussions futures :

«  Qu’il soit fait selon votre volonté, fils de Mon cœur. Construisez la Loi qui vous semble juste et proclamez-la de par toute la Terre ».

Les initiés se mirent au travail, et c’est un des corps de l’Anti-Dieu qui bâtit à sa mesure les principes de la Loi du Karma. Il dit à ses frères du Temple : «  Mes frères, la Loi de la Sélection est néfaste, car elle ne laisse pas le choix entre le Bien et le Mal ».

Et les autres d’acquiescer avec un large sourire d’enfant gâté sur le visage.

« Mes frères, continua-t-il, la Loi de Sélection est néfaste, car elle oblige à détruire d’autres âmes, sous le simple prétexte qu’elles ont, une fois de trop, chuté dans la voie menant à DIEU ».

Et les autres de hurler leur joie de mettre fin à cette Loi de Sélection.

Et l’Anti-Dieu de dire :

«  Je propose au suffrage de cette assemblée planétaire la Loi de Cause à effet, qui tranchera selon le choix des âmes considérées : pour les âmes fidèles à DIEU, ce sera le paradis, où l’effort n’aura plus besoin d’être fourni. Ce sera le repos après la bataille.

Pour les âmes chutant dans les abîmes, nous leur donnerons le droit au rachat par la souffrance. Si elles remontent, leurs mauvaises actions leur seront pardonnées. Sinon, nous proclamerons leur enchaînement aux abîmes pour l’éternité, afin qu’elles ne souillent plus la terre de leur fétide présence ».

Et c’est ainsi que la Loi du Karma est née de la rébellion de l’assemblée des sages, contre l’avis de DIEU qui attendait ce signe des temps, pour faire tourner la Roue de Cuivre des sciences décadentes.

3 – La Loi du Karma n’est pas de DIEU.

Et ainsi fut fait : rien ne pouvait plus retarder la chute de la Terre au plus profond des Enfers.

La loi du Karma, à ses origines, n’a pas été voulue par DIEU qui en connaissait les conséquences néfastes, mais elle a été voulue et désirée ardemment par les initiés du Temple, qui, sous le flot de paroles de l’Anti-Dieu, ont préféré l’obtention d’un paradis à la recherche frénétique de la vraie Lumière.

Pour parler en clair, la Loi du Karma n’est devenue une Loi de DIEU que parce que J’avais donné Ma parole de la consacrer.

A l’origine, DIEU n’a jamais voulu de cette Loi, juste dans ses principes, mais bâtie sur la rébellion des initiés et des sages de la Terre à Sa Volonté qui était de reculer encore et toujours la nuit des démons qui commençait à noircir l’horizon.

4 – Origine de la Loi du Karma.

Cette Loi des œuvres voulut que chaque âme soit devant DIEU responsable de ses actes, paroles et pensées ; et que la vertu des punitions soit la réponse à celles qui se seraient égarées du droit chemin.

Cette Loi laissait à chacun le libre choix du Bien comme du Mal.

DIEU alors, dans sa compassion, tentait dans un dernier effort de stimuler le cortège de moutons des âmes nouvelles, rebelles à l’effort.

Car tout alors, en ces temps reculés de la fin d’Age d’argent, baignait dans la Lumière; la souffrance et la douleur ne faisaient point peur puisqu’elles étaient inconnues du genre humain.

5 – Le rôle de l’Anti-Dieu dans la chute.

Ce que les hommes n’avaient pu accepter de DIEU, ils l’acceptèrent de l’Anti-Dieu, qui, par la force et la discipline de fer, le leur imposa et lorsqu’elles furent fin prêtes, il lança ses premières troupes à l’assaut des surfaces de la Terre. Peu à peu, il prit possession des Cités, n’osant pas cependant, de peur d’encourir la malédiction de DIEU, commettre le sacrilège de s’attaquer aux Temples et aux Monastères de la Religion de l’Unité.

Pervers comme à son habitude, l’Anti-Dieu entreprit de faire chuter les religieux par l’attrait des passions et après avoir fait sa moisson d’âmes pècheresses, il se réjouit de l’application de la nouvelle Loi du destin, qui obligeait chaque conscience à subir les fruits bons et mauvais de ses œuvres.

Et ainsi, des contingents d’âmes pieuses, parce qu’elles avaient trahi la Loi, furent précipitées dans les abîmes et devinrent les premiers régiments de démons religieux d’élite que l’Anti-Dieu forma au pas de charge afin de les envoyer à la surface pour pervertir les sanctuaires de leur présence apparemment Lumière, mais intrinsèquement ténèbres.

De déchéance en déchéance, les religions, les unes après les autres, se coupèrent de DIEU qui appliqua la Loi et les précipita dans les abîmes.

6 – La Loi du Karma, racine de l’Age de Fer :

A l’orée de l’Age de Fer, l’Anti-Dieu avait beau jeu de réclamer l’application de la Loi, car plus le couperet tombait sur les pêcheurs, plus ses forces armées grandissaient en nombre, et mettaient en péril l’économie de l’univers.

Bonne dans son esprit de justice, cette Loi qui jugeait selon le choix entraîna dans les enfers des milliards d’âmes qui firent le mauvais choix et s’y enfoncèrent de plus en plus, sans pour autant être stimulées au repentir par l’aiguillon de la souffrance qui se fît ardente.

La Terre, auparavant nimbée de la Lumière du Soleil spirituel, devint peu à peu un éternel ciel d’orage et les péchés des hommes s’accumulèrent à un point tel qu’il fallut bien disperser de temps à autre ces nuages, en leur faisant vomir toutes les conséquences liées aux destins collectifs dont ils étaient la cristallisation néfaste.

7 – Mise en mouvement de la Loi du Karma

Les âmes nouvelles, issues d’une nature programmée par les premiers démons, placées devant le choix de travailler pour DIEU ou de reculer en dormant de plus belle, choisirent pour la plupart la voie facile du sommeil intérieur profond, où les ronflements du corps étaient la seule activité qui leur était permise.

Devant cette décadence, la Loi fût mise en mouvement et entraîna la chute dans les abîmes de celles qui avaient continué dans le non-effort pervers. L’anti-Dieu se réjouit de cet apport d’âmes facilement manipulables. Et il en fît ses premiers soldats. Et le destin voulut que ces âmes qui avaient fui le travail et l’effort soient obligées de travailler et de souffrir dans l’apprentissage militaire qu’il leur imposa par la force.

Ce bruit de bottes et ce cliquetis d’armes diverses au fond des abîmes se fît de plus en plus grand et les profondeurs de la Terre devinrent alors le royaume infernal des démons : âmes tombées parce que soucieuses de ne rien faire pour remonter à DIEU.

Cette Loi a nourri l’illusion qui a engendré toutes les illusions, jusqu’à celle d’être perdu dans un monde restreint, séparé des autres dimensions du Corps Cosmique de DIEU. L’illusion est née du Karma et Mayakali a germé grâce au Karma.

Au premier temps de l’Age de Cuivre, Mayakali n’était qu’un germe noirâtre hérissé de pointes. Ce germe était alors en pleine croissance de par la faute des initiés, à ne plus vouloir entretenir le brasier de la Justice Divine.

Ce germe est devenu racine et a engendré deux Etoiles maléfiques : Lucifer et Satan. Tous deux étaient la cristallisation des déviations enregistrées pendant l’Age d’Argent et le début de l’Age de Cuivre.

La Loi du Karma a été rendu indispensable lorsque les erreurs cumulées des humanités formèrent un Anti-Dieu de fumée noire et opaque.

C’est pourquoi l’on dit que les humanités planétaires sont responsables de cet Anti-Purusha collectif.

8 – Le libre arbitre.

Il fallait une Loi qui permit aux humanités de leur faire comprendre douloureusement les conséquences de leur non-respect des Lois éternelles de DIEU.

Et le libre arbitre fut donné aux âmes accédant à l’individualité. Le choix du Bien, le choix du Mal et la récompense dans les deux cas, en Bien ou en Mal, suivant la nature des actes enregistrés.

Le libre arbitre est le premier acte amenant à la naissance de la Loi du Karma rétributeur.

Sans le libre arbitre la Loi du Karma n’aurait pu exister. Mais une fois instituée, les fruits du Bien et du Mal furent goûtés. L’amertume du Mal fit étrangement beaucoup d’adeptes qui s’enivrèrent de la volupté nocive d’agir contre la Volonté de DIEU. Cette volupté nocive cristallisa le Mal Cosmique né de la rébellion des humanités aux ordres de DIEU.

Les hommes perdirent peu à peu le désir de penser à DIEU et se rapprochèrent en ce sens des animaux.

La Loi de la rétribution des bonnes et des mauvaises graines plantées dans le jardin du SEIGNEUR fut instituée.

                  A chaque action répondra le fruit de cette action.

                  A chaque parole répondra le fruit de cette parole.

                  A chaque pensée répondra le fruit de cette pensée.

« Ames du Cosmos, par vos actions, vos paroles et vos pensées, vous pouvez faire votre bonheur comme votre malheur.

Et par cette Loi du Karma qui rétribue chacun selon ses actes, le libre arbitre a été instauré pour que les âmes fassent l’expérience du Mal dans tous ses contour,s puisque tel était leur désir ».

Du libre arbitre naquirent les quatre autres principes du Karma que nous allons étudier maintenant…

 

…/…

fin de l’extrait de : L’UNITE DES VISAGES DE DIEU par le SEIGNEUR HAMSAH MANARAH