PRENDRE SOIN DE SOI

Prendre soin de soi au niveau physique et mental aide à faire face aux difficultés : « la culture du calme rend de moins en moins vulnérable aux influences extérieures », elle a « un heureux effet sur la santé. » Cela rejaillit sur l’entourage et sur la société.

ENTRETENIR SA FORME PHYSIQUE

En instaurant des habitudes, nous pouvons prévenir les incidences de la sédentarité et nous accorder la satisfaction d’un mieux-être.

Pratiquer des exercices physiques chez soi

Dans la mesure seulement où les recommandations officielles les autorisent, on peut mettre à profit de brèves sorties tout près de son domicile. On peut aussi faire des exercices à l’intérieur.

En l’absence de symptômes de maladie chez soi et chez les personnes confinées avec nous, dans le respect strict des consignes d’hygiène et de distanciation sociale (donc en fonction aussi de l’espace et de la promiscuité), chacun peut faire en douceur des mouvements de  gymnastique ou adapter au contexte ses pratiques habituelles dont les bienfaits continueront à se faire sentir. Le Hatha- Yoga par exemple, pratiqué avec bon sens et selon les règles, favorise « l’équilibre nerveux, le retour au calme, la reconquête de soi-même et le bonheur durable. »

Respirer consciemment

« Une bonne respiration est la condition nécessaire d’un fonctionnement harmonieux des organes, du contrôle des émotions, du mieux-être en général. »

Rappelons ici une technique de base du Pranayama (maîtrise du souffle) tirée de Naturopathie et Yoga. Bénéfique pour tous, elle favorise la paix intérieure.

Technique de la Respiration profonde complète

Durant la journée, faire de fréquentes respirations profondes. En fonction des capacités de chacun, commencer par quelques respirations puis augmenter progressivement jusqu’à :

  • 10 à 15 minutes, le matin au réveil,
  • 3 à 5 minutes, le soir au coucher. Afin d’éviter un surcroît d’énergie retardant le sommeil, la séance du soir doit être courte

En position assise, debout ou allongée, dans une pièce aérée, de préférence face au Nord ou à l’Est :

– Vider complètement les poumons.

– Inspirer : abaisser le diaphragme et gonfler à peine l’abdomen ; dilater la partie moyenne du thorax, écarter les côtes sans forcer, bomber progressivement sans exagérer.

– Expirer : abaisser les épaules tout en laissant descendre graduellement les côtes ; contracter les parois de l’abdomen afin de terminer la respiration.

N.B. : l’inspiration et l’expiration doivent se faire lentement et progressivement par le nez. Pendant l’exercice la modération doit primer : on ne doit pas avoir la sensation de manquer d’air ou celle d’être en hyperventilation par exemple. La respiration complète peut se combiner avec la répétition du son OM.

Intégrer les pratiques corporelles à son emploi du temps

Un programme journalier – assez souple bien sûr – nous permet de garder des repères, de gérer au mieux notre existence durant le confinement. Il assure leur place à des activités variées, préservant d’un laisser-aller qui dégénère vite en lassitude. Intégrer les pratiques corporelles à son emploi du temps assure leur continuité dans la durée pour notre plus grand bien. Gardons à l’esprit cet encouragement : « La régularité dans la pratique tonifie la volonté, accroît le dynamisme ainsi que l’efficience. »

Dans les moments où il nous faut du courage pour persévérer, rappelons-nous que prendre soin de soi, c’est prendre soin des autres. Et aussi… que « le corps est le Temple de l’âme ».

*****